Communiqué | PRINTEMPS MARSEILLAIS, ET MAINTENANT ?

 

 

 À l’issue d’un interminable 3e tour des municipales où les marseillais·es ont assisté, en spectateurs passifs, un peu consterné·es par des manœuvres trop connues, à l’élection de Michèle Rubirola, le plus important était ailleurs : la fin de vingt-cinq ans de népotisme aveugle, de clanisme cynique et de clientélisme criminel. Gaudin et sa clique ont quitté l’Hôtel de Ville par la petite porte. On espère ne les revoir qu’au tribunal. Les morts de la rue d’Aubagne le réclament.

Donc, c’est le printemps, paraît-il. Des temps nouveaux nous sont annoncés. Pourtant, les noms de certains adjoints rappellent des souvenirs : beaucoup de « socialistes » dont plusieurs déjà élus auparavant… Et il suffit de revenir sur le week-end dernier, pour constater que certains marchandages obscurs ressemblent aux pratiques anciennes. Et demain ? 

Les urgences sont là : délogé·es dans l’attente, écoles délabrées, quartiers populaires abandonnés… Sans parler des transports, de la santé, ou du port.

Le Printemps Marseillais a pris des engagements qui lui ont permis de renverser le pouvoir en place. Pour le reste, l’alliance qui le compose, entre compromis et compromission, ne doit pas nous aveugler. Si nous voulons que ces engagements ne restent pas lettre morte, nous ne pourrons compter que sur nous et nos forces pour arracher des droits dignes pour tout·e·s : la deuxième ville de France est aussi la plus pauvre, la plus polluée, la plus abandonnée. 

Décréter le Printemps ne suffit pas à faire venir les beaux jours. Il faudra une vigilance de chaque instant des forces sociales, une exigence sans faille, une mobilisation puissante, ne serait-ce que pour empêcher les battus de la veille de freiner toute avancée, même minime.

Parce qu’une élection ne fait pas le printemps, c’est dans la rue que demain tout se passera.

NPA Marseille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.