Loi « Sécurité Globale » : vers un État policier

Macron, Castex et Darmanin font tout pour privilégier le patronat et ses profits au détriment de notre santé et de nos libertés fondamentales… Ce parti pris montre une fois de plus que les gouvernements sont au service des PDG et des actionnaires pour qui l’épidémie – bien réelle – doit freiner le moins possible les bénéfices de leurs entreprises. Le soi-disant confinement du 30 octobre n’est en réalité qu’une mise sous surveillance des déplacements de la population, qui continue à travailler et à se rendre à l’école. Pour Macron et compagnie, nous ne sommes que des travailleurEUSEs qui doivent se sacrifier pour l’entreprise. Ce contrôle généralisé est encore aggravé par la loi Sécurité Globale.

Télécharger le tract en PDF

 

Ce qui est proposé dans cette nouvelle loi c’est « un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende pour la diffusion par quelque moyen que ce soit, de l’image du visage ou de tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de police ou d’un militaire de la gendarmerie lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police ».

On sait que le camouflage des visages des policiers et gendarmes intervenant dans le cadre d’un attentat terroriste ou dans des situations de flagrance criminelle est déjà légal et utilisé. Mais là les actions des policiers se déroulent dans le cadre d’opération de maintien de l’ordre, au cœur de nos rassemblements et manifestations. Pourquoi cette loi ? Le pouvoir se prépare préventivement à de nouvelles explosions sociales. La police occupe une place centrale dans l’encadrement toujours plus restrictif de nos droits dans le but de défendre l’ordre social capitaliste qui se fout de notre santé.

L’heure est à l’amplification du rapport de force pour empêcher l’instauration d’un Etat Policier. Partout des appels unitaires des organisations du mouvement social se multiplient et partout des manifestations sont organisées. Il s’agit maintenant d’exiger

le retrait total du projet de loi Sécurité Globale et pas seulement de quelques articles. C’est en se dotant de cadres d’organisations avec des Assemblées Générales que le mouvement pourra développer ses revendications.

Au-delà, c’est de l’ensemble de la politique du gouvernement dont il va falloir se débarrasser. Le mouvement de contestation doit aussi s’élargir sur des problèmes plus généraux. La loi Séparatisme, la loi Programmation Recherche, les licenciements massifs, l’abandon de l’Hôpital Public… sont autant d’attaques de la classe bourgeoise dominante contre les exploitéEs et les oppriméEs. La solution se trouve dans l’extension de la mobilisation actuelle. Nos vies, nos libertés pas leurs profits !

CONTRE LA LOI SECURITE GLOBALE
MANIF SAMEDI 5 DECEMBRE 14H VIEUX-PORT

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.