Imposons le confinement de leur économie

 

 

Cela fait maintenant NEUF MOIS que nous avons été touchés par la première vague du Covid. NEUF MOIS qu’a été mis au grand jour le fait que notre système de santé, que « le monde entier nous enviait », n’était plus performant parce que les politiques successives n’avaient cessé de le casser.  

NEUF MOIS que des associations demandent la fermeture des centres de rétention et une mise à l’abri digne pour les personnes à la rue. NEUF MOIS pendant lesquels rien n’a été fait pour que la catastrophe sanitaire qui s’était déroulée ne se reproduise plus jamais…

Le Ségur de la santé n’a répondu en rien aux principales revendications des personnels hospitaliers pour des soins de qualité : des postes et des lits. Les personnels du médico-social en sont par ailleurs les grands oubliés. Nous sommes désormais face à une nouvelle vague, et le gouvernement n’a pour seules réponses qu’une série de mesures toutes plus liberticides les unes que les autres visant à pallier les défaillances du système hospitalier. Interdition de voir sa famille et ses amis, interdiction de manifester, de se rassembler, de circuler…  en bref : BOULOT, METRO, DODO. Continuer la lecture de « Imposons le confinement de leur économie »

Non au couvre-feu, des moyens pour la santé publique

La mesure était sortie dans les médias comme un ballon d’essai, et Macron l’a confirme lors de son discours. Incapable de répondre à l’épidémie depuis son arrivée en France, le pouvoir n’a aujourd’hui comme unique réponse à proposer que le couvre-feu de 21h à 6h dans les zones géographiques à risque, soit l’Île-de-France et huit métropoles. Une nouvelle mesure de restriction des libertés individuelles au nom de la lutte contre le Covid-19, alors que cette deuxième vague n’a rien d’une fatalité. Le sens fondamental de cette nouvelle mesure, Macron ne s’en est même pas caché, c’est que «la vie économique », c’est-à-dire la machine capitaliste à faire travailler la majorité pour le profit de quelques-uns, ne peut pas s’arrêter, ne doit pas s’arrêter, coûte que coûte…

Aujourd’hui, nous avons donc le droit de porter à peu près partout des masques que nous avons dû nous-même acheter, de nous entasser dans les transports en commun et au travail, au détriment de la distanciation physique… MAIS par contre il est impossible d’avoir un minimum de vie sociale, familiale,amicale, de distraction, en dehors de son boulot !? Continuer la lecture de « Non au couvre-feu, des moyens pour la santé publique »

NOS SOLIDARITES, NOS MOBILISATIONS POUR SE PROTEGER DEL’EPIDEMIE, DES LICENCIEMENTS ET DU GOUVERNEMENT

Deuxième vague de l’épidémie, politique sanitaire catastrophique du gouvernement, vague de licenciements et de suppressions de postes : les nouvelles ne sont pas bonnes. Il n’en demeure pas moinsque les colères sont bien là, et qu’il n’y a pas de fatalité à ce que nous subissions les crises du système capitaliste et les politiques des gouvernements de la bourgeoisie. La gestion de la crise sanitaire par le gouvernement est toujours aussi catastrophique et met en lumière les carences du système de santé. La politique en matière de dépistage est désastreuse vu la trop faible anticipation du nombre de tests et surtout les délais d’obtention des résultats qui leur font perdre leur efficacité. Continuer la lecture de « NOS SOLIDARITES, NOS MOBILISATIONS POUR SE PROTEGER DEL’EPIDEMIE, DES LICENCIEMENTS ET DU GOUVERNEMENT »

Non au couvre-feu sanitaire !

Pour lutter contre le Covid, il faut donner des moyens à l’hôpital public

Tract NPA Bouches-du-Rhône — septembre 2020

Le coronavirus a repris sa circulation annonçant un débordement du système de santé d’ici peu. 

La Métropole Marseille-Aix se trouvant en « alerte maximale », le ministre O. Veran décide des mesures très restrictives  :

Interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie publique et des rassemblements organisés de plus de 1000 personnes ; fermeture totale des bars et restaurants dès samedi…

Les annonces du gouvernement, déjà contradictoires au printemps sur les masques et maintenant sur les tests (qui servaient surtout à mentir pour masquer la pénurie), visent à protéger les entreprises et leurs profits plutôt que notre santé. De fait, le virus semble être étrangement moins virulent pendant les heures de travail, mais il l’est dans les lieux où on se retrouve pour échanger, se distraire ou nous cultiver, et davantage encore quand il s’agit de manifester ! Ces mesures interdisent de fait toute vie sociale et toute mobilisation à l’heure où de multiples offensives se préparent contre les travailleurs sur le chômage ou les retraites. Continuer la lecture de « Non au couvre-feu sanitaire ! »