Colombie : vive la grève nationale, stop au massacre !

Depuis le 28 avril, la Colombie connaît une intense mobilisation contre le gouvernement de droite d’Iván Duque, avec une grève générale qui a débordé les appels syndicaux, des blocages et des manifestations… En réponse, l’héritier d’Álvaro Uribe a envoyé une police militarisée réprimer dans le sang ce soulèvement populaire. À l’heure qu’il est, au moins 37 manifestants ont été assassinés par la police, des dizaines de personnes ont disparu, et on ne compte plus les blessés par balle ou les mutilés, le tout dans un véritable black out médiatique. Continuer la lecture de « Colombie : vive la grève nationale, stop au massacre ! »

Enseignement Supérieur et Recherche : adoption LPR | Rideau et écrans noirs !

 

La Loi de la Programmation de la Recherche (LPR) a été adoptée cette semaine en Commission mixte paritaire et fera l’objet d’un vote final les 17 et 20 novembre, à l’Assemblée puis au Sénat, pour être définitivement adoptée.

La qualification par le CNU supprimée, la poursuite de la précarisation avec la généralisation des contrats courts pour les jeunes recherches, la baisse accentuée des budgets, le renforcement de l’autonomie des universités qui va accroitre encore les inégalités entre elles et accentuer l’arbitraire à l’embauche, la logique néolibérale d’appels à projets qui achèvera la recherche sur le temps long et va fragiliser le travail des chercheurs notamment en sciences humaines… Tout converge pour parachever la destruction de l’université publique qui s’aligne ainsi sur la logique entrepreneuriale. 

Pourtant, cette loi avait déjà suscité une colère unitaire à un niveau inégalé dans l’ESR depuis 2009. Le confinement de mars-avril a atténué un temps la cocotte universitaire dont le couvercle allait sauter… Et pourtant : le projet de loi adopté va encore au-delà des pires scénarios.

Communique NPA 13 ESR_nov2020

Continuer la lecture de « Enseignement Supérieur et Recherche : adoption LPR | Rideau et écrans noirs ! »

Non au couvre-feu, des moyens pour la santé publique

La mesure était sortie dans les médias comme un ballon d’essai, et Macron l’a confirme lors de son discours. Incapable de répondre à l’épidémie depuis son arrivée en France, le pouvoir n’a aujourd’hui comme unique réponse à proposer que le couvre-feu de 21h à 6h dans les zones géographiques à risque, soit l’Île-de-France et huit métropoles. Une nouvelle mesure de restriction des libertés individuelles au nom de la lutte contre le Covid-19, alors que cette deuxième vague n’a rien d’une fatalité. Le sens fondamental de cette nouvelle mesure, Macron ne s’en est même pas caché, c’est que «la vie économique », c’est-à-dire la machine capitaliste à faire travailler la majorité pour le profit de quelques-uns, ne peut pas s’arrêter, ne doit pas s’arrêter, coûte que coûte…

Aujourd’hui, nous avons donc le droit de porter à peu près partout des masques que nous avons dû nous-même acheter, de nous entasser dans les transports en commun et au travail, au détriment de la distanciation physique… MAIS par contre il est impossible d’avoir un minimum de vie sociale, familiale,amicale, de distraction, en dehors de son boulot !? Continuer la lecture de « Non au couvre-feu, des moyens pour la santé publique »

NOS SOLIDARITES, NOS MOBILISATIONS POUR SE PROTEGER DEL’EPIDEMIE, DES LICENCIEMENTS ET DU GOUVERNEMENT

Deuxième vague de l’épidémie, politique sanitaire catastrophique du gouvernement, vague de licenciements et de suppressions de postes : les nouvelles ne sont pas bonnes. Il n’en demeure pas moinsque les colères sont bien là, et qu’il n’y a pas de fatalité à ce que nous subissions les crises du système capitaliste et les politiques des gouvernements de la bourgeoisie. La gestion de la crise sanitaire par le gouvernement est toujours aussi catastrophique et met en lumière les carences du système de santé. La politique en matière de dépistage est désastreuse vu la trop faible anticipation du nombre de tests et surtout les délais d’obtention des résultats qui leur font perdre leur efficacité. Continuer la lecture de « NOS SOLIDARITES, NOS MOBILISATIONS POUR SE PROTEGER DEL’EPIDEMIE, DES LICENCIEMENTS ET DU GOUVERNEMENT »

Communiqué | PRINTEMPS MARSEILLAIS, ET MAINTENANT ?

 

 

 À l’issue d’un interminable 3e tour des municipales où les marseillais·es ont assisté, en spectateurs passifs, un peu consterné·es par des manœuvres trop connues, à l’élection de Michèle Rubirola, le plus important était ailleurs : la fin de vingt-cinq ans de népotisme aveugle, de clanisme cynique et de clientélisme criminel. Gaudin et sa clique ont quitté l’Hôtel de Ville par la petite porte. On espère ne les revoir qu’au tribunal. Les morts de la rue d’Aubagne le réclament.

Donc, c’est le printemps, paraît-il. Des temps nouveaux nous sont annoncés. Pourtant, les noms de certains adjoints rappellent des souvenirs : beaucoup de « socialistes » dont plusieurs déjà élus auparavant… Et il suffit de revenir sur le week-end dernier, pour constater que certains marchandages obscurs ressemblent aux pratiques anciennes. Et demain ? 

Les urgences sont là : délogé·es dans l’attente, écoles délabrées, quartiers populaires abandonnés… Sans parler des transports, de la santé, ou du port. Continuer la lecture de « Communiqué | PRINTEMPS MARSEILLAIS, ET MAINTENANT ? »